OK

Les fours

Le four de fusion est le creuset dans lequel le verre est élaboré à partir du mélange des matières vitrifiables.

Dans un four à creuset ou four à pot, on procède à quatre opérations successives : la fusion (passage des matières à l’état liquide), l’affinage (élimination des gaz produits par réaction chimique durant la fusion), l’homogénéisation de la masse, le conditionnement thermique (diminution de température pour permettre son utilisation). La température y est généralement de 1200 à 1600C, et de 1000 à 1300o C pour la dernière phase.

Le procédé date de l’antiquité. La Glasi Hergiswil utilise ce type de four. Après 5 à 7 ans, le four doit être éteint, refroidi et démoli. Sa reconstruction à neuf, à la main, dure deux mois.

Un four à bassin permet de procéder à tous ces travaux en continu. La masse de verre s’écoule dans un long couloir en matière réfractaire où s’effectuent les étapes de fabrication. On introduit les matières premières à une extrémité et on retire le verre fondu à l’autre. C’est le four utilisé par l’industrie ; la mécanisation permet d’importantes cadences de production.

Les premiers fours à bassin apparaissent au XIXe siècle. Les critères économiques et environnementaux exigent une amélioration constante du matériel.

La durée de vie – on parle de « campagne du four » maximum d’un four à bassin est d’une douzaine d’années. Thermo Fisher à Romont doit reconstruire son four après 6 ans déjà. 

Le four à temporiser est celui dans lequel le verre refroidit lentement afin d’éviter qu’il n’éclate.

Vitroparcours – Au Château – Case postale 225 – CH-1680 Romont – Tél. +41 (0)26 652 18 34 – Fax +41 (0)26 652 49 17 – cr:vasb:ivgebcnepbhef.pu